Gaz Extinction des incendies

FLUIDES D’EXTINCTION DES INCENDIES : OBJECTIFS OPÉRATIONNELS

Les départs de feu en salle informatique constituent un péril de premier ordre. La probabilité d’apparition de feux couvants augmente avec la densité énergétique et l’intensité de la dissipation thermique caractéristiques des zones techniques. Ils génèrent alors d’importants dégagements de fumée, extrêmement corrosifs pour les circuits imprimés des équipements électroniques. En dépit des efforts de prévention, une attention particulière doit ainsi être accordée au traitement efficace des foyers potentiellement détectés. Une stratégie de réponse éprouvée consiste en la combinaison d’une détection précoce (ASD) et d’une extinction automatisée des incendies. Cette dernière doit préserver tant le fonctionnement des équipements que la santé des personnes. Brouillards d’eau et fluides d’extinction se partagent désormais le marché des nouvelles implémentations.

Contenu mis à jour le 24 mars 2019

Gaz d’extinction des incendies : convergence des conditions de fonctionnement

Les caractéristiques des gaz de protection anti-incendie adressent principalement les 3 objectifs suivants :

  • Innocuité pour les biens et les équipements. L’absence de dépôt résiduel ou de condensation, la neutralité électrochimique, électronique et thermique du gaz d’extinction, la non-conduction de l’électricité et de la chaleur garantissent la préservation du fonctionnement des équipements. En effet, les objectifs opérationnels demeurent la continuité du service IT et la réduction des éventuels coûts de reprise.
  • Innocuité pour les exploitants. En cas d’activation du dispositif, les personnels présents sur le lieu du sinistre doivent avoir la possibilité de respirer. Les gaz d’extinction modernes préservent un taux d’oxygène acceptable et/ou incorporent un stimulateur respiratoire. On évite ainsi de graves dégâts humains ou matériels collatéraux, issus d’évacuations précipitées. La préservation des hommes et des compétences autorise de plus la reprise rapide de l’activité nominale.
  • Conformité environnementale. La réglementation européenne s’avère contraignante en matière de préservation de la couche d’ozone et de lutte contre le réchauffement climatique. Par conséquent, les successeurs des  hydrofluorocarbures (HFC) intègrent cette réglementation. C’est pourquoi ils sont constitués de composants naturellement présents dans l’atmosphère ou rapidement dégradés.

Pour se former :

cellaconsilium-logo

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.