LA GTB – L’ADMINISTRATION INTELLIGENTE ET ECONOMIQUE DES EDIFICES

La détention, ou plus généralement l’occupation d’un bâtiment entraînent mécaniquement des coûts et des risques inhérents à l’usage des conditions optimales de travail ou d’entrepôt d’actifs. Ces écueils ne peuvent être traités uniquement sous l’angle de la gestion financière, non plus qu’une infrastructure fonctionnelle de haut niveau ne permette de s’en prémunir complètement. Les bâtiments modernes offrent en effet une foule de services essentiels de source technologique variée : contrôle des accès physiques, prévention des sinistres, alimentation en eau, alimentation en énergie, répartition de celle-ci dans des fonctions usuelles telles que l’éclairage, la régulation thermique, la ventilation des locaux, l’utilisation des stores, la fourniture d’eau chaude …

Dès lors, il convient de s’assurer de l’adéquation entre la qualité et la sécurité de ces fonctions d’une part, et leur efficacité énergétique de l’autre, dans une double optique de réduction de l’impact environnemental et de maîtrise des coûts, cette dernière constituant un indicateur quantifiable et objectif de la pertinence d’une GTB – Gestion Technique du Bâtiment – censée garantir l’approvisionnement au plus près des besoins des utilisateurs. A plusieurs égards, il est exact de considérer la GTB comme une évolution rationnalisée de la domotique appliquée aux contraintes collectives d’un usage professionnel.

Par exemple, le pilotage intelligent des stores permet de réguler la mise à disposition d’une source énergétique naturelle gratuite (l’ensoleillement) contribuant à réduire la facture des postes climatisation et éclairage intérieur tout en évitant l’éblouissement des utilisateurs. Il joue aussi un rôle dans la réduction des interventions manuelles –idéalement toujours possibles- sur ces équipements et augmente ainsi leur durée de vie.

La GTB articule l’organisation des approvisionnements en service autour d’un système informatisé en réseau permettant de les automatiser et d’en rendre compte en temps réel ainsi que par la fourniture de statistiques d’exploitation. Il embarque ainsi des systèmes de régulation que les exploitants pilotent au travers d’une interface générique, voire unifiée. La centralisation décisionnelle qui en découle implique la fédération des capteurs et des actionneurs distribués dans le bâtiment, ainsi que des organes de régulation, par l’emploi de normes protocolaires de communication s’exprimant sur le réseau de traitement.

Pour se former :

cellaconsilium-logo

Conception de Salle Technique – Data Center

Energie – Data Center

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.